La bonne rédaction de la car policy peut améliorer la qualité des ressources humaines (RH) d’une entreprise. Le véhicule se transforme alors en un outil de management qui va plus loin que la seule valeur pécuniaire de la voiture de fonction. Et c’est aussi l’occasion de développer la motivation, l’image de marque employeur et la fidélisation du salarié.

Article par Gwenole Guiomard –Magazine N°249

Dans les entreprises, la flotte se scinde en deux : les véhicules de fonction – que l’on peut employer à des fins personnelles – et les véhicules de service, majoritairement des utilitaires. Les interventions des RH touchent principalement les voitures de fonction ; pour les VU, la car policy contient généralement peu de considérations liées aux RH.

Pourtant, il est possible, véhicules de fonction ou pas, de s’appuyer sur la car policy pour gérer au mieux son personnel. Car quel que soit le type du véhicule, en matière de RH, la car policy aide à motiver le salarié en promettant des modèles de qualité, ergonomiques et écologiques. Un bon véhicule améliore les conditions de travail du salarié et peut le pousser à préférer une entreprise.

(….)

Gestion RH : Des alternatives aux véhicules

En toute logique, la gestion de la flotte et la car policy ne peuvent plus être isolées de la politique de mobilité et environnementale de l’entreprise. Car la capacité à fournir une solution de déplacement aux collaborateurs demeure un critère de fidélisation et d’attachement à l’employeur.

Stéphane Montagnon, associé, Holson
Stéphane Montagnon, associé, Holson

« Nous recommandons à tous nos clients de mettre en avant auprès de leurs salariés des alternatives aux véhicules, insiste Stéphane Montagnon, associé de Holson, spécialiste du conseil et du fleet management. Le minimum est de prévoir quelque chose pour les salariés qui n’éprouvent pas le besoin d’une voiture. »

De nombreux gestionnaires de flotte réfléchissent à remplacer le véhicule par des bons de transport. C’est vrai chez Orange, en pointe sur ce sujet. « Nous assistons à une désaffection de certaines catégories de salariés, les jeunes notamment, qui ne souhaitent plus de voitures de fonction. Parfois, ils n’ont pas le permis. Ils préfèrent un “super“ smartphone, une entreprise dynamique plutôt qu’une voiture », explique Patrick Martinoli, responsable projet et innovation flotte et mobilité pour l’opérateur public, à la tête de 17 500 véhicules.

lire la suite de https://www.flotauto.com/car-policy-rh-outil-efficace-gestion-20190617.html?utm_source=newsletter&utm_medium=email