La société de services Holson analyse la fiscalité défavorable des véhicules électriques en entreprise. Et ce pour lever les freins à son acquisition.

Selon le cabinet de conseil Holson, l’un des principaux obstacles au véhicule électrique en entreprise reste sa fiscalité défavorable. En particulier au niveau de l’avantage en nature (AEN) pour le collaborateur. Entre les véhicules thermiques et électriques, le coût est quasiment doublé, que ce soit pour l’entreprise et le collaborateur, indique Holson. Et de citer cet exemple pour une citadine : « Le coût total annuel entre les cotisations salariales et les cotisations patronales passent de 1 161 euros pour une version thermique à 2 292 euros pour une version électrique. » Face à cette inégalité et afin de faciliter l’adoption des véhicules électriques dans les flottes, les experts d’Holson proposent une solution avec un meilleur aménagement du bonus/malus.

Un bonus/malus basé sur le calcul des AEN

Plutôt que de remettre en cause les principes des avantages en nature via une exonération de cotisations sociales, les experts d’Holson proposent que les bonus/malus soient désormais intégrés à l’assiette de calcul de ces avantages en nature. Soit en les déduisant du prix d’achat, soit en les intégrant dans le financement du véhicule.

Stéphane Montagnon

« Avec ce mécanisme simple, le surcoût reste significatif mais il est déjà abaissé. Nul doute qu’à moyen terme, les progrès technologiques et industriels des constructeurs permettront de réduire le coût d’achat des véhicules », explique Stéphane Montagnon, fondateur associé de Holson.

Une seconde étape pourrait porter sur la modification de la formule d’assiette de l’avantage en nature afin de tenir compte du transfert de charge opéré lorsque l’on passe d’un véhicule thermique à un véhicule électrique. En effet, le véhicule électrique est plus cher à l’acquisition mais ses coûts de fonctionnement (énergie, entretien) sont plus bas.

Retrouvez l’article sur Flottes Automobiles : https://www.flotauto.com/holson-fiscalite-vehicules-electriques-20190117.html